Chateau des Courtenay

Château de Bléneau

Domaine des Courtenay pendant de très nombreuses années, découvrez ce château classé monument historique.

La défense du bourg de Bléneau paraît avoir été assurée durant les hautes époques par une fortification de terre appelée la Mothe-Jarry, placée au sud-ouest du village dans une position élevée, sur le rebord du plateau qui domine le Loing. Les sires de Saint-Verain exercent alors leur autorité sur cette région frontière entre le comté du Gâtinais et l’évêché d’Auxerre. On leur attribue, au XIIIèS la construction en bordure du bourg d’un premier château de plan quadrangulaire entouré de deux enceintes de fossés alimentés par le Loing tout proche. En 1328, les courtenay, issus de Louis VI le Gros, entrent par alliance en possession de Bléneau. Les nouveaux seigneurs sont des hommes de guerre, Jean 1er est à Poitiers et prend part avec Du Guesclin à la conquête de la Guyenne. Son frère Pierre, qui lui succède, combat à Rosbecque. Un court moment, le château de Bléneau tombe au pouvoir d’Arnaud de Cervoles, dit « l’Archiprêtre », chef de Grandes Compagnies au service de Jean le Bon, puis à celui du comte de Nevers. Il reviendra aux Courtenay ayant la fin du XIVèS. C’est probablement François Ier de Courtenay, seigneur de Bléneau à partir de 1511, qui fit reconstruire le château sur un plan identique à l’ancien, avec une tour à chaque angle, mais en donnant sans doute à la construction un caractère conforme au goût de l’époque. En 1655, Bléneau passe aux Courtenay, seigneurs de Chevillon, qui en conservèrent la seigneurie jusqu’en 1771. C’est à ces derniers qu’il faut attribuer la construction de l’aile ouest. Au nombre des propriétaires du château se succédèrent après 1771, il convient de mentionner d’abord l’agronome et poète Rougier de la Bergerie, qui siègera à l’Assemblée législative et qui sera le premier préfet du département de l’Yonne de 1800 à 1813, et Alexandre Dethou, député de l’Yonne de 1876 à 1892, qui morcela le parc.