Tours d’enceinte

Tour d'enceinte

Derniers restes de l’enceinte du moyen-âge, les deux tours de Bléneau donnent une idée de la surface du village à cette période.

L’extrait sélectionné pour décrire les tours est tiré de l’ouvrage Regards sur Bléneau et la Puisaye de Jacques PHILIBERT.

Ces deux tours, l’une visible dans un jardin de la Rue des Remparts, l’autre à l’extrémité est de la Rue du Château. Ce sont les derniers restes de l´enceinte qui enserrait le château et les maisons des rues d’Hocquincourt, de Dreux et de la rue Basse. Les remparts qui la constituaient s’ouvraient sur la campagne environnante par quatre portes: au sud la Porte de Vauluisant élevée à l’extrémité de la Rue de Montluisant (autrefois appelée Rue des Tanneries ), à l’ouest la Porte de Chatillon dans l’axe de la Rue d’ Orléans, au nord la Porte du Cimetière face à la Rue de Turenne (l’ancien cimetière se trouvait alors sur l’emplacement devenu en 1855 champ de foire et place de la mairie ), et la Porte Neuve construite près de la Rue de Courtenay. La démolition des remparts a été réalisée en 1790 par l’ensemble des habitants de Bléneau. Elle a permis la construction du nouveau pont sur le Loing.

A l’époque la rue basse s’arrêtait à la rue des tanneurs. La partie qui est maintenant ouverte a été faite par emprise sur les jardins du château. On peut encore voir le bassin qui était en son milieu.

La route des prés a également été ouverte à ce moment par emprise sur les terres du château et en particulier sur l’emplacement dit « la fosse aux anglais ».